top of page

Golf scolaire

La jeunesse s’investit dans le golf !


Crédit photos : Valentine Livine et Louis Lestelle


Il y a encore 10 ans, les terrains de golf de Polynésie étaient désertés par les jeunes. Des moyens ont été déployés pour susciter l’intérêt des enfants et ados et, le moins que l’on puisse dire, c’est que les efforts ont porté leurs fruits.




Un créneau supplémentaire


Louis Lestelle, moniteur de golf, nous reçoit après son cours avec deux adolescentes. Nous sommes samedi après-midi, 15h, et il est heureux car, pour répondre à la demande, un nouveau créneau a été créé. Notre cours pour enfants le samedi matin est bien rempli, et nous avons eu de la demande pour un cours à destination des adolescents. C’est une très bonne nouvelle pour le golf polynésien, car cela montre que les efforts engagés depuis une dizaine d’années donnent des résultats. Nous allons aussi adapter le calendrier des compétitions pour en organiser d’autres, partage-t-il avec nous avec enthousiasme. Et il a de quoi être heureux, car il compte parmi ses troupes 4 jeunes filles volontaires qui se sont inscrites cette année, redonnant de l’élan à la pratique.


Découvrir et pratiquer


Et si l’engouement revient, c’est assurément en partie grâce au golf scolaire : 6 classes de 5ème du collège de Teva I Uta ont la possibilité de découvrir et pratiquer le golf lors des séances d’EPS, soit 2 heures par semaine pour certains élèves, 4 heures pour d’autres. Le programme s’applique uniquement pour les classes de 5ème, précise Louis. C’est intéressant, car cela permet un roulement au sein du collège : à chaque rentrée, de nouveaux enfants s’initient au golf. On ne suit pas les ados d’une année sur l’autre mais, à la fin, ceux qui accrochent avec la discipline peuvent s’inscrire en école de golf ensuite.



Passer d’apprenant à joueur de golF


Pour Louis, ces heures dédiées au golf scolaire sont l’occasion de former de futurs golfeurs, car il initie intégralement les élèves à la pratique. Je gère une moitié de la classe tandis que l’enseignant gère l’autre. C’est un professeur formé au golf, donc je n’ai rien à lui apprendre. Je suis ainsi à 100 % avec mes élèves, l’esprit tranquille, sachant que l’autre moitié de la classe est entre de bonnes mains.


Chaque classe découvre le golf pendant 10 séances d’EPS. Une évaluation finale ponctue le programme (évaluation qui compte dans la moyenne des élèves). Lorsque nous terminons nos sessions, les élèves sont des joueurs de golf, car la formation est complète, les petits effectifs favorisant la pratique et la motivation.


Et Louis Lestelle sait que le golf scolaire peut susciter des vocations : c’est comme ça que j’ai commencé à 11 ans ! Et je connais pas mal de monde qui est entré dans l’univers golfique par le biais de la scolarité.

Le golf scolaire est un excellent outil de démocratisation de ce sport.

Apprendre à connaître son corps


Le golf est un sport sensitif demandant une grande écoute de son corps, explique Louis. Il est nécessaire de sentir, ressentir son corps pour comprendre le résultat obtenu. En étant à l’écoute, on peut reproduire un mouvement qui a donné un résultat positif, et l’on peut modifier dans notre gestuelle ce qui a donné un résultat négatif. C’est très subtil et ça demande une grande concentration. C’est aussi ça que l’on apporte aux collégiens : l’investissement total dans la pratique par la concentration.


Grâce à la pratique du golf, les jeunes apprennent à connaître leur corps, mais aussi à gérer leurs émotions. Lorsque la balle atterrit ailleurs que là où le jeune joueur le veut, certains enfants peuvent se décourager, se démotiver et bâcler la suite du parcours. D’autres au contraire s’énervent et se crispent lors des swings, pouvant alors se blesser. C’est une autre facette de notre métier que j’aime, confie Louis Lestelle. Nous sommes des coachs qui apprenons aux jeunes à comprendre et accueillir leurs émotions, nous les aidons à maintenir leur motivation.


Du golf scolaire aux championnats


Le Tahiti Junior Tour, dont la 5e édition a démarré en février, se déroule en 4 étapes entre Tahiti et Moorea. Sur 4 mois, les jeunes golfeurs de moins de 18 ans sont aidés à évoluer vers la compétition. L’événement, très ludique, permet de développer le goût du golf chez les jeunes joueurs en les accrochant grâce à la “compét”.


Pour la première fois depuis des années, le Championnat junior de Polynésie sera organisé en septembre. Sur 2 tours, les catégories des poucets, des poussins, des benjamins et des minimes se disputeront le titre à Atimaono. La compétition avait été retirée du calendrier faute de joueurs puis, avec l’ouverture de l’école de golf de Moorea en 2009, l’engouement est revenu tout doucement auprès des jeunes. Il aura fallu une dizaine d’années pour redynamiser la pratique auprès des enfants et des adolescents, former des joueurs autonomes et complets avec un niveau intéressant.


Le Championnat junior de Polynésie


Organisé par la Fédération polynésienne de golf (FPG), le Championnat junior aura lieu les 29 septembre et 1er octobre 2023. En 2 tours, l’événement est ouvert à tous les joueurs de 5 à 18 ans, capables de tenir un parcours de 18 trous. C’est tout le travail fait en amont ces deux dernières années qui va être visible lors du Championnat junior de Polynésie, nous explique Louis. Car, pour rendre un enfant autonome et responsable sur un 18 trous, cela requiert rigueur, motivation, endurance. C’est un beau défi pour les coachs et leurs joueurs !


Et la date n’est pas choisie au hasard : le but est de fixer des objectifs aux enfants après les grandes vacances. L’ennemi du jeune joueur de golf est la démotivation. Les événements sportifs évitent le décrochage de l’activité, aussi, lancer un tel championnat de retour de vacances, c’est un moyen astucieux de maintenir l’assiduité chez les jeunes golfeurs.


Le Championnat de France 2023 dans le viseur


Louis vise plus loin que les championnats locaux. S’il continue les déplacements à Las Vegas avec ses jeunes pour les frotter à des golfeurs aguerris, son objectif est clairement annoncé : le Championnat junior de France. Cette année, Louis Lestelle se déplace avec un poussin de 11 ans. Les deux golfeurs visent une médaille : la barre est haute, mais on sait qu’on peut le faire, assure le coach.


En 2024


Avec la création de circuits juniors en Polynésie, nous avons un beau vivier de golfeurs. Après le Championnat junior de Polynésie, la FPG enverra 4 joueurs au Championnat de France 2024.


Seule incertitude, la date de la compétition, qui sera forcément dépendante de l’organisation des Jeux Olympiques. Hormis cela, il est certain que 4 jeunes Polynésiens s’envoleront pour la France en 2024. Pour déterminer qui partira au Championnat de France, nous regarderons l’index des joueurs parmi ceux qui entreront dans le top 100 national de leur catégorie d’âge, explique Louis Lestelle. En cas d’hésitation, le classement aux compétitions dans l’année permettra de faire pencher la balance !

Opmerkingen


bottom of page